José’s Birthday

21 novembre 2010

La flemme grandissante de Ben pour écrire des articles sur son blog l’a fait conduire à un tout nouveau concept : raconter la soirée de samedi d’un point de vue totalement extérieur.

Moi c’est Fleur, et j’ai eu la grande joie de rencontrer tout ce beau monde samedi soir pour l’anniversaire de Lorent (de ce que j’ai compris son surnom c’est josé et il paraît qu’il lâche des pets malodorants… moi je dis ça je dis rien, je fais juste répéter ce que l’on m’a dit, on m’a aussi dit que monsieur avait 22 ans et qu’il était un ami formidable dans tous les moments, les bons et les mauvais! Bon on m’a aussi dit qu’il devait se couper les cheveux… mais il a pas fait… puis se faire un tatouage… mais il a pas fait… moi je dis ça, je dis rien!)

Donc, j’arrive a l’appartement de la team « caribou » invité par mon cher Antoine qui est mon collègue (et ami) de mon laboratoire de recherche en génie logiciel (je me la pète un ti peu).

Bon déjà j’arrive et la première impression : sur la porte se trouve un ballon en baudruche scotché sur la porte a moitié vide, si c’est la déco de l’appartement pour l’anniversaire de Lorent, il doit être aimé celui la ! 😀

On m’ouvre la porte et la j’ai la grande joie de rencontrer Lorent (José ou je ne sais quoi) en premier qui réagit comme ca « aaahhhhh c’est toi Fleur !!!!!!! » oulallalaaa on a parlé de moi avant de me rencontrer !

Et puis la se suivent tout un tas de nouvelles têtes pour moi, j’ai pu retenir Ben, K, Christophe, voisin numéro 1, voisin numéro 2, … dans tous les cas, y’a rien a dire, cette petite bande de belges (y’avait aussi des français et des espagnols si je me trompe pas) est ce qu’il y a de plus sympathique ! Ils ont été très accueillants, souriants, … La seule chose que je regrette c’est de ne pas les avoir rencontrer plus tôt (la faute a qui … je dis ça… je dis rien)

Bon pour la déco, on peut remarquer que la déco de Halloween est resté et qu’il me faudra l’aide de Antoine pour comprendre le message sur le mur (et en conclure par la même occasion que j’étais dans une maison de geeks).

Ah.. il y avait aussi des tites jocondes accrochées partout dans la maison avec des tites bulles ou on pouvait écrire des ti messages pour Lorent (ca, j’avoue, chapeau l’idée !), d’ailleurs j’ai pas eu le temps d’en marquer un, mais ne le connaissant pas beaucoup c’est peut être mieux ainsi !

Je pourrais retenir de cette soirée que :

  • J’ai rarement rencontré des gens aussi sympa
  • Lorent et Ben ont réussi à me prendre comme cobaye pour leur expérience qui fait très peur, en tout cas dans leurs explications (mais bon n’oublions pas que c’était son anniversaire donc fallait bien que j’accepte 😉 ).
  • K m’a fait très peur avec les soirées étudiantes des belges (dans des bunkers il parait, avec de la bière par terre, et même du voooomiiiisss !!!)
  • Les belges, ils rigolent pas avec la bière !
  • J’ai du m’en aller plus tôt pour aller a une autre soirée qui était beaucoup moins bien !

J’ai raté Antoine bourré, et ça c’est mon plus grand regret !

Fleur.

[nggallery id=38]

Still Alive! (updated with new pictures)

21 novembre 2010

Et non, nous ne sommes pas morts!

Et je vais même vous proposer un petit article résumant un peu notre activité de ce dernier mois..

Je vais donc commencer par l’Halloween, grosse fête bien plus fêtée ici que par chez nous. Pour ce jour un peu spécial nous nous sommes rendus chez nos collègues afin de fêter dignement cette soirée. Chouette ambiance et en fin de soirée nous décidons de nous rendre en ville pour nous mêler à la populasse locale.. Et ce n’était pas la meilleure idée que nous aillons eu, en effet les bars fermant vers 2-3h nous nous sommes retrouvés dehors, sous la neige (premières neiges de cet hiver \o/), et nous avons finalement pris le chemin du retour sans en avoir vraiment profité.

horrible6 dsc01312 SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Petit break dans notre quête du meilleur hamburger du Canada pour le « roti-day ».  J’avais en effet promis à nos collègues belges de leur préparer un roti sauce moutarde. Ce fût chose faite malgré quelques petits problèmes logistiques concernant une casserole manquante..  Le repas se termine sur un dessert composé de 5 saveurs de glaces Häagen-Dazs..

Une autre activité notable est bien entendu le shooting photo que notre bien aimée Kim nous a gentillement proposé. Nous sommes tous bien entendus très impatients d’avoir les clichés pris lors de cette soirée mais c’est hélas un élément qui est indépendant de notre volonté.. (WINK WINK KIM..). Cette petite soirée est rapidement suivie par la pendaison de crémaillère de Jérôme. Une très chouette soirée pleine de rebondissements, de métro ratés et de gps..

SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Plus sérieusement, question boulot, nous avons terminé le design de notre expérimentation et nous sommes actuellement en train de faire passer des sujets afin de récolter un maximum de données. Nos collègues belges ont étés les premiers à la passer et globalement tout c’est très bien déroulé. Nous remercions bien entendu au passage la polytech et ses moyens démesurés.. En effet nous avons désormais à notre disposition 7 pcs dans notre bureau, dont un nouveau pc portable spécialement destiné à l’eye-tracking (Dell latitude, i7, écran 1080p..) et un nouvel écran plat 24″ full hd.. Nous aurions d’ailleurs pu en avoir plusieurs vu le stock d’écrans empilés dans un local..

imag0688 imag0671 imag0665

Petite anecdote au passage, nous disposons d’une chaise de dentiste qui nosu permet de nous assurer que la personne reste bien dans le champ des caméras et ne puisse pas trop bouger. Cette chaise possède également quelques positions pré-définies qui permettent par exemple d’allonger un patient. Bien entendu, une telle chaise n’est pas prévue pour se trouver sous un bureau,.. et bien entendu ce qui devait arriver arriva..


YouTube Lien direct

Et maintenant imaginez ça, avec la chaise sous le bureau, Lorent dessus et le bureau qui se soulève..

Tentative de fracture des deux jambes avec une chaise de dentiste.. check!


Et voilà que je termine ce très mince compte rendu de ce dernier mois, bien entendu la curiosité des plus asidus d’entre vous sera satisfaite en vous rendant sur le blog du caribou fanfaron ou toutes ces journées sont détaillées et bien mieux racontées qu’ici 🙂

B3nZ3n.

[nggallery id=37]

[Vacances] Day 5

21 novembre 2010

Vous l’attendiez tous, avec un mois de retard, voilà les photos de notre 5e jour de voyage dans le Québec.. Pour le texte il faudra encore attendre un peu 😀

B3nZ3n.

[nggallery id=36]

[Vacances] Day4

1 novembre 2010
Le petit déjeuner à l’auberge est bien moins “industriel” qu’à Québec: crêpes, croissants, vraie confiture.. Bien plus intime et convivial qu’à Québec.
Nous reprenons donc la route en direction du lac St-Jean où nous trouvons une sympathique plage, propice à une bataille sur rondin. Nous pouvons tout de même proclamer Lorent grand vainqueur de cette joute. (Encore une fois la team Ukrainienne emporte le trophée).


SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Une fois la bataille de rondin terminée et ma victoire écrasante proclamée, notre choix se porte sur une colline qui semble plus enfoncée dans le lac. Il nous faut cependant quelques kilomètres (en voiture, je vous rassure!) avant de trouver la bonne route. Cependant, la route en question termine dans l’allée de garage d’un particulier. Fort heureusement se trouve une piste cyclable à proximité que nous empruntons (à pied, cette fois) au plus grand bonheur de tout le monde. La perspective d’une promenade à flanc de colline s’impose d’elle-même (d’où nous pourrons prendre quelques clichés assez uniques, notamment le shooting photo de Benoit en plein coming-out).
SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Nous pouvons enfin profiter de la vue des mouettes posées sur l’eau et de leur concerto, véritable mix entre meute de chien et poulailler industriel. Au bout d’une quinzaine de minutes à marcher dans un champ de maïs mou comme du beurre, seuls les 3 vaillants hommes du groupe décident d’aller jusqu’au bout de la colline, où nous aurons probablement la meilleure vue de la journée. Machine est content, tout roule!

Le retour à la voiture se fait plus pénible, surtout lorsque Benoit prend l’intelligente décision de lancer des espèces d’oursins sur les vêtements de tout le monde (et notamment dans mes cheveux, ce qu’il finira par regretter amèrement tout au long de la journée). Une chose à dire, le poil à gratter faisait pâle figure face à ces saloperies d’oursins qui grattent!

SAMSUNG DIGITAL CAMERA img_1366 day4-2

Après cette superbe promenade ensoleillée sur la rive du Lac St-Jean, nous reprenons la voiture vers Saguenay. Pause midi au Subway, une première pour Christophe et moi. Verdict: bon, cher et sans doute un peu plus sain que nos classiques McDo et autres BurgerKing.
Sur la route, nous n’écoutons pas du Raphael mais le live de Daft Punk. J’apprécie moyennement :p
Petite pause à La Baie pour un premier aperçu du fjord du Saguenay et plus précisément de son immense baie à cet endroit, logique. Un chouette peye accepte de nous photographier devant ce joli décor avant de continuer la descente du Saguenay. La première partie de la route est d’ailleurs de toute beauté! Mais j’empiète déjà sur le paragraphe de Christophe et m’arrête donc ici pour aujourd’hui.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Nous nous dirigeons ensuite vers le Cap Trinité, une nouvelle trouvaille d’Antoine le guide. Celui-ci en profite pour prendre le volant de la voiture et relègue ainsi Lorent sur la banquette arrière, ce qui n’est pas sans poser quelques problèmes. Avec sa carrure en forme de slip, l’espace réservé aux épaules des deux autres occupants se trouve réduit à peau de chagrin et nécessite des efforts digne d’un contorsionniste confirmé pour pouvoir trouver une position confortable. Et, sans vouloir en rajouter une couche sur le sujet, il y a aussi un souci d’ordre olfactif…

A peine arrivé au fameux cap, K est déjà aux anges et s’extasie devant la quantité de GROS CAILLOUX (oui, en majuscules, c’est important) qui s’offre devant elle. Il ne faut pas attendre plus d’une minute avant qu’elle ne commence à les escalader, telle le preux chevalier singe. Une fois redescendue, nous nous retrouvons avec Ben et Antoine sur les bords du fjord de Saguenay. La vue est vraiment magnifique et le calme qui y règne est assez sidérant. Il est grand temps d’entamer une séance photo-frime.

Après avoir bien pris le temps d’immortaliser nos tronches d’andouilles et s’être extasiés devant un petit écureuil qui nous balançait des bouts d’hélicoptères grignotés du haut d’un arbre, une inquiétude s’empare soudainement de nous : nous réalisons en effet que cela fait au moins vingt bonnes minutes que Lorent n’est plus avec nous ! Nous commençons à nous demander si nous n’allons pas le retrouver au fond d’une vielle crevasse.

Cinq minutes d’investigation plus tard, nous retrouvons la taupe du groupe à proximité du parking où se trouvait la voiture. Parti dans le sens opposé du groupe, José s’était aventuré seul dans les bois et venait de passer la dernière demi-heure à tourner en rond en nous cherchant tout en beuglant nos noms.

Afin de fêter nos retrouvailles, nous effectuons nous aussi un rapide petit tour dans la forêt, avec Lorent comme leader étant donné qu’il connaissait désormais l’endroit comme sa poche…

SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA


Les jambes fatiguées et les cartes SD pleines de photos à faire jalouser tata Fernande et cousin Hubert, nous retournons à l’auberge à une heure raisonnable (19h30) et nous posons dans notre confortable chambre pour glander un moment. Ce moment passé, nous avons faim et avons dans l’idée d’élargir notre connaissance diététique des fast food en essayant un PFK (KFC là où ils ne traduisent pas tout).

Arrivés là-bas, l’ambiance est un peu lourde, et nous ne remarquerons que 5 minutes plus tard que c’est parce que nous sommes entrés 10 minutes avant la fermeture. La grosse serveuse semble ennuyée mais nous sert gentillement tout de même. Le verdict : bof.

De retour à l’auberge, la team ukrainienne s’en va au Couche Tard chercher des bières et du Coca pendant que Antoine et moi entamons un superbe PUZZLE ! Le temps que Ben et José reviennent, nous avons terminé les bords et nous nous en contenterons.

Nous remontons tous les 5 dans la chambre où nous passons la soirée à passer à un jeu où nous apprendrons des trucs et des machins vachement drôles. L’histoire retiendra que Moumou a fait brûler une église en étant petit et que José aurait voulu être notaire. De la PURE RIGOLADE je vous dis !

[nggallery id=35]

[Vacances] Day3

30 octobre 2010

La confiture n’est pas meilleure que la veille pour notre second déjeuner à Québec. Nous nous activons un minimum, histoire de plier bagages et d’effectuer dans les temps le check-out à l’accueil de l’auberge. Lorent est un peu tendu : ses maintes vérifications ne le rassurent pas puisqu’il s’obstine à croire qu’il oublie quelque chose. Pète un coup machine, la chose à ne pas dire…
Notre première étape de la journée n’est pas très loin de la ville de Québec. Nous arrivons en fin de matinée à la chute de Montmorency. Le site est superbe et le soleil présent, ça cartonne! La chute en elle-même est impressionnante, quelque soit l’angle de vue choisi. Cette fameuse cascade est d’ailleurs environ 30 mètres plus haute que les célèbres chutes du Niagara. Le tout est bien aménagé puisqu’il est possible de contourner la chute grâce à un ponton de bois, des escaliers à flanc de colline et même un téléférique qui s’avèrera un peu trop coûteux.
Dans les escaliers, nous croisons Lara, Belge rencontrée la veille, qui effectue la visite avec les touristes de l’auberge. Les photographes du groupe s’en donnent à coeur joie pour figer le décor, de près, de loin, très proche de la chute où ça mouille pas mal ou encore à travers un arc-en-ciel dompté par B3n le magicien.
Suite à un pari collectif stupide, nous effectuons la remontée des 487 marches (peut-être plus en fait 🙂 au pas de course. B3n et moi commençons l’escalade un peu vite! Tout le monde arrive finalement en haut à bout de souffle, et galère et merde, oh merde. Nous reprenons nos esprits et la voiture en direction de St Joachim et de la Baie St-Paul.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA


Le guide d’Antoine est formel, le Canyon St-Anne est une escale indispensable! Une fois le GPS programmé, il est temps de suivre sa douce voix à accent québecois. Après un bon moment à avoir testé plusieurs adresses, sentiers, routes barrées et forêts (où K ira se soulager à son tour, pour le plus grand bonheur des gardes forestiers qui passaient par là), nous décidons d’abandonner cette visite introuvable. La prochaine direction à prendre est St-Joachim, que le guide de Antoine définit comme attractive de par son église (nous verrons plus tard que le rédacteur de ce guide ne sniffe pas que de la farine).

Quelques kilomètres de route et un panneau fait son apparition: “Canyon St-Anne”, une chance! Malheureusement, le prix par personne pour y avoir accès étant de 11,50$, nous ne verrons jamais ce fameux canyon! (surtout après les chutes de Montmorency).

L’arrivée a St-Joachim fait réagir tout le monde de la même façon: “Ici, c’est le bled dans lequel on passe AVANT d’arriver à St-Joachim?”. Et non, ce bled (misérable, si je puis me permettre), C’EST St-Joachim. Evitons les préjugés et faisons un tour histoire de nous faire notre propre opinion… et donc, cette ville est ce que nous avons vu de plus paumé jusque là! On passe tout de même devant une église relativement…normale… et quelques cahutes/restaurants où nous décidons de ne pas nous arrêter, la priorité est maintenant de quitter ce trou à rat! Ovation à Antoine qui nous dira quelques kilomètres plus loin “Ah, en fait c’était l’intérieur de l’église qu’il fallait voir!“ (bravo Machine)… Tant pis, sortons-nous de là!

Ayant quelques heures de retard sur le dîner, tout le monde a faim (et surtout moi), c’est le moment de se diriger vers la ville de Baie St-Paul. Nous y trouvons un restaurant nommé L’Orange qui nous propose un gros choix de plats pour des prix très raisonnables. K et Benoît tentent la tartiflette, Chafouin et moi restons classiques sur un bon Hamburger-salade-frite et Antoine craque, ce sera une Poutine pour lui! Les quantités restent assez faibles (sauf pour Chafouin et moi). Ce repas aura été jouissif, et plus encore car il m’aura permis de recharger la batterie de mon appareil photo.

Si vous ne vous l’êtes pas encore dit: oui, les Québecois mettent le préfixe “Saint” devant presque tous les noms de ville et tous les noms de rue!

SAMSUNG DIGITAL CAMERA


Après ce délicieux dîner, nous cherchons à atteindre la plage de la Baie-Saint-Paul, ce qui ne fut pas une mince affaire étant donné les travaux sur la route principale. Ah oui, nous tenons à signaler que nous nous demandons si des élections n’ont pas bientôt lieu au Canada, parce qu’il y a des travaux ABSOLUMENT PARTOUT !
Quoiqu’il en soit, nous arrivons, à force de bravoure et de sagacité, à trouver un chemin menant à la plage. Sur celui-ci, nous voyons des espèces de radeaux construits avec des gros tonneaux. Peut-être un concours de radeau avec gros tonneaux !? Nous n’en saurons jamais rien…

La plage est très agréable, du sable, des petites vagues d’eau légèrement salée (Ben a testé…), des dessins dans le sable, et José qui s’en va faire une balade en solitaire le long de l’eau pendant que nous faisons de stupides photos. Nous supposons qu’il est allé se soulager, mais il nous assure que non. Vu ce que nous sentirons le soir même, nous avons tendance à le croire…

Courageux que nous sommes, nous marchons jusqu’au bout de la jetée (à 20 mètres) pour admirer la vue. C’est beau.

day3-3

Nous reprenons ensuite la route vers la deuxième auberge de jeunesse. Vu l’heure tardive, nous décidons de suivre l’instinct de survie de notre GPS et de suivre la route la plus directe, sans faire escale à Tadoussac comme c’était initialement prévu. Vu qu’il commence à faire noir, nous n’aurions de toute façon rien vu !

Notre fidèle Tom Tom nous propose donc un sympathique trajet de deux bonnes heures à travers des forêts et des montagnes. La route, que nous avons surnommé pour l’occasion “route de la mort” est sinueuse et, à l’occasion, fort pentue, ce qui ne semble pas ravir la boîte paresseuse de notre Yaris en mousse. En outre, nous ne croiserons pour ainsi dire pas une âme ce qui nous amènera d’ailleurs à penser que nous nous trouvions à ce moment dans le trou du cul du monde. Enfin, peu importe, moi je m’amuse bien ! Nous profitons également d’un rapide arrêt pipi pour aller faire mumuse avec la neige se trouvant sur les bas-côtés. C’est trop le fun !

Nous arrivons ensuite enfin à Chicoutimi, la ville où se trouve l’auberge, que le guide d’Antoine décrit avant tout comme “une ville très vivante, tant d’un point de vue culturel que par l’animation de ses cafés et restaurants”. Effectivement, nous n’allions pas être déçus !

En ce qui concerne notre auberge, la Maison Price, le style est assez différent de celle de Québec. Tout d’abord, elle ne comporte pas 3000 chambres comme c’était le cas de cette dernière. Les chambres ne sont plus privées et les douches sont ainsi communes. Nous nous verrons attribuer une chambre pour nous seuls, ce qui n’est d’ailleurs pas plus mal. Après coup, on a en effet eu du mal à imaginer comment des gens extérieurs à notre groupe de demeurés auraient pu résister plus de deux minutes au mélange de chaos et de débilité régnant dans notre salle. Et aussi aux pets de Lorent…

SAMSUNG DIGITAL CAMERA img_1297


Une fois sur place à Chicoutimi nous nous installons dans notre chambre commune (3 lits superposés et un lit simple) .Les auberges de jeunesse Québecoises sont décidément très sympas.
Après un copieux repas très sain au Mc Donalds nous, (les mecs, les vrais), décidons de partir à la recherche d’un bar.. Au bout d’1h30 de marche nous rentrons à l’auberge sans avoir trouvé de quoi nous sustenter.. En effet les seuls bars que nous avons croisés étaient dans l’ordre: un piano bar fermé, un bar qui semblait sympa mais uniquement fréquenté par des quinquagénaires et un bar karaoké ou chantait une seule personne..

Du coup Lorent, Antoine et Crhistophe partent en voiture afin d’acheter quelques bières au couche tard sorte de station service / nighshop. Mais le vendeur a refusé de nous vendre de l’alcool sous prétexte qu’il était trop tard.. Décidément Chicoutimi est une ville qui bouge..

img_1314 img_1311

[nggallery id=34]

[Vacances] Day2

24 octobre 2010

Le soleil de Québec perce par notre fenêtre et nous émergeons en douceur vers je ne sais plus quelle heure. Petit déjeuner à l’endroit du concert de la veille, la confiture est dégueulasse mais nous mangeons copieusement. Il parait même que j’abuse un peu lorsqu’il s’agit de plier des tartines déjà épaisses de 2,42 cm. Passons.

Lorent, en mode machine vous l’aurez compris, nous explique comment on souffle dans un oeuf afin de l’écailler de façon magistrale. La démonstration se fait à priori par l’absurde. Passons.

Nous voilà donc en pleine forme pour démarrer la visite de Québec sous un soleil radieux et un vent piquant (je ne parle pas ici des flatulences immondes de Lorent).

La première grosse visite de la journée consiste en une balade sur la citadelle de Québec. Celle-ci s’avère fort agréable car elle nous offre l’occasion de profiter d’une superbe vue sur le Saint-Laurent. On aperçoit de l’autre côté du fleuve la ville de Lévis mais nous reviendrons sur celle-ci un peu plus loin. Le sympathique paysage nous permet également de réaliser quelques clichés de groupe de toute beauté.


day2-2 SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Nous nous aventurons ensuite sur un ponton longeant la citadelle. Même Lorent, bravant par la même occasion sa peur du vide, est de la partie. La vue qui nous est offerte est à nouveau très jolie. En grands poètes, nous nous arrêtons donc à de multiples reprises sur des bancs pour pouvoir en jouir, et non pas parce que nous sommes une bande de fats. Manque de bol, le ponton était à ce moment en travaux et, au lieu de former une espèce de boucle autour de la citadelle, il se termine en cul-de-sac. Nous voilà bien obligés de faire demi-tour sous les borborygmes de José qui commence à avoir faim.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Nous décidons donc de redescendre dans la rue commerçante de Québec afin de faire une halte au McDo suscité. Malheureusement pour nous, des écoliers en excursion avaient eu la même idée que nous. Et vu comment ils gueulaient, nous supposons que ceux-ci étaient américains. Quoiqu’il en soit, nous remplissons nos panses et glanons quelques vignettes pour le concours Monopoly que nous ne gagnerons certainement pas !

SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA

L’auberge de jeunesse proposant une traversée jusque la ville de Lévis de l’autre coté du saint Laurent nous nous sommes laissés tentés. Nous voilà donc en compagnie de Malu une charmante allemande travaillant à l’auberge nous dirigeant vers le ferry. Notons que notre bon vieux Antoine n’a pas pu résister à l’envie de discuter avec notre charmante guide.. La vue sur Québec du ferry était est assez impressionnante et nous aura couté 6$.


day2-2 day2-2 day2-2

La ville de Lévi est assez différente de la ville de Québec.. Plus résidentielle avec ses maisons plus anciennes en bois. Nous avons d’ailleurs eu l’occasion de visiter la maison de monsieur Desjardin fondateur de la caisse populaire portant son nom.

Une fois la visite terminée nous nous rendons dans un magasin qui vend du chocolat, K en profite pour en acheter.. conclusion: “c’est pas bon”..

day2-2 day2-2

Nous nous séparons de Malu et des autres occupants de l’auberge à la sortie du ferry de retour pour aller faire un tour dans un coin de la ville que nous n’avons pas encore visité : la “côte” et le vieux port. Malheureusement, le vieux port de Québec, ce n’est pas le vieux port de Montréal. Le vieux port de Québec, c’est juste 4 bateaux les uns à côté des autres. Non, résolument rien de très passionnant.

Il est plus ou moins 17h et le foie de José se plaint. “Gnéééé bièèèèère !! Baaaaaar ! Je veuuuuux !!”. Bref, nous entrons dans un sympathique endroit nommé “l’Oncle Antoine” pour passer une commande tout ce qu’il y a de plus typique : un orval pour José (qui est content), une chope pour Ben et Chafouin, un thé pour Moumou, et un chocolat chaud pour moi.

Nous rentrons calmement à l’auberge et je profite d’une petite pause bien méritée pour aller faire un tour dans un magasin absolument génial. Ça s’appelle Dalibaba et c’est rempli de gadgets tous aussi drôle qu’(in)utiles ! J’aime beaucoup !

La faim se faisant sentir, nous décidons de nous mettre en marche pour trouver un endroit où remplir notre estomac, quelques discussions et consultations de cartes plus tard, nous entrons chez SuperChinois pour déguster un souper bien mais pas top (à 5 sur une table de 4, service pas rapide, petites portions, et poulet au Teisseire pour Chafouin). Nous ne laissons pas des masses de tips et nous en allons. Désolée les gars.

Comme le jour précédent, un passage au bar de l’auberge s’impose de lui-même. Nous dégustons une Maudite, une spéciale assez répandue au Québec, et à raison! Afin d’affiner le sens du “bouge toi le cul” de Benoît, K lance une partie de Time’s up. Time’s up oui, mais en version custom, s’il vous plaît! Auront donc défilés les célèbres Nascimo, Jim Parson, Zach Snyder (qui ne semble pas si connu que ça de mes collègues, d’ailleurs), Mickey Rourke tout en passant par les illustres inconnus de Antoine (en mode Machine, à son tour) tels que Hubert-Félix Thiéfaine (très facile à faire deviner en rébus, bien entendu). Vous l’aurez compris, Antoine “préfère les morts”, qu’est-ce qu’on s’éclate! Il se rattrapera sur la guitare de l’Auberge pendant que nous ferons connaissance de Lara (ou Laura… un truc dans le genre), première Belge que nous rencontrons au Québec qui fait son stage en Tourisme dans ladite Auberge.

Une fois le bar fermé, le tout est d’en trouver un autre et après un petit tour dans le vieux Québec de nuit (extrêmement joli), nous rentrons dans un bar vide. Vu qu’il semble que je doive écrire tous les articles sur les connasses (Copyritht K, tous droits réservés), la serveuse de cet établissement en était une belle (ou du moins moche, mais tout autant connasse). La raison est très simple: elle n’était pas sympa, nous a pressé de partir (son bar trop pourri n’attirant pas les gens branchés) et nous a bien mentionné que “le service n’est pas inclus dans le prix”, ce qui a eu l’art de nous faire tiquer moi et Antoine (la remarque, bien que compréhensible, aurait pu être accompagnée du petit mot magique, nondidioû!).

Chose agréable la nuit, les ados jouent au Hockey plutôt que d’aller emmerder tous les passants comme en Belgique, ça change!

[nggallery id=33]

[Vacances] Day1

24 octobre 2010

Article quelque peux particulier vu qu’il est en fait écrit par nous 5 🙂

Cela faisait déjà un petit temps que l’on vous teasait avec notre trip de quelques jours à travers le Québec. Le moment est maintenant venu de vous livrer un large compte-rendu de ce palpitant séjour de cinq jours. Pour la peine, les teams ukrainienne et caribou ont uni leurs forces afin de vous offrir l’article le plus truculent possible !

Notre périple a donc débuté jeudi dernier. La première étape, et non des moindres, consistait à se lever à une heure inhabituellement matinale, aux alentours de 7h. Une fois cette terrible épreuve franchie, nous nous dirigions avec nos douze mille valises et sacs de bouffe vers la station Sherbooke, où nous attend la boutique de location de voitures. Après quelques minutes d’attente, on nous confie les clés d’une superbe Toyota Yaris à boîte automatique. Je semble être le seul à être satisfait de cette dernière caractéristique…

Avant de quitter pour de bon Montréal, nous faisons un rapide détour par un Future Shop avoisinant. L’objectif est d’y acheter un paquet de CD vierges à graver histoire d’éviter de se taper Garou et Céline Dion sur les radios québécoises pendant cinq jours (bon, on exagère peut-être un peu…). Manque de bol, nous sommes partis tellement tôt que le magasin n’a pas encore ouvert ses portes. En attendant l’ouverture, Lorent en profite pour découvrir les joies de la conduite en boîte auto à coup de drifts sur le parking.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Le voyage peut enfin commencer. La team ukrainienne ayant eu la vaillance d’emporter leurs laptop’s, ils pourront gérer la musique pendant ces 5 jours, au plus grand bonheur d’Antoine. Au volant de la voiture automatique – ou auto-tamponneuse/voiture de vieux – Benoit s’accompagne de Antoine comme co-pilote, armé d’un GPS tout dernier cri (ou pas) qui semble nécessiter des doigts plus fins que des allumettes pour fonctionner du premier coup. Chafouin et Antoine ayant uni leurs énergies négatives, il drache. Tout est normal.

La ville de Trois-Rivières marque la première arrivée dans une zone civilisée, ou presque. Effectivement, la ville semble relativement déserte (mais tout de même moins qu’une autre fameuse ville, laissons ça pour plus tard…). Trois tours gratuits autour du même bloc d’immeubles en quête d’un parking (gratuit, lui aussi) nous permettent de prendre une photo de la “Pâtisserie belge” que nous n’allons pas tenter. Benoit décide de se garer sur un parking au bord du Saint-Laurent mais Antoine, à peine sorti, se fait interpeller par une femme (une connasse, diront certains): “Oui madame, on s’en va tout de suite! …. Connasse, va!” (à lire avec un accent de bourrin ardennais, pour plus de réalisme) : +2 points d’humour, -4 points de gentlemanerie.

Nous continuons donc le long du fleuve jusqu’à un endroit où garer la voiture. Les deux pourris étant toujours avec nous, la drache ne s’arrête évidemment pas. Même si la vue n’arrive pas à la cheville de ce que nous verrons plus tard, c’est un bon début. Quelques photos, panoramas et bons sandwichs (préparés par Mamy) et il est temps de se remettre en chemin. Il est déjà à noter que les sandwichs customs de Christophe (sans légumes, sans jambon, sans salami et sans pain, parce que c’est meilleur sans rien) lui font déjà perdre des points de bon goût.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA day1 SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Nous profitons d’une accalmie pour faire une halte à Deschambault, profiter de la jolie vue et faire quelques clichés. En grands étudiants sérieux nous en profitons bien entendu pour faire un concours de ricochets et de lancé de pierres (que j’ai bien entendu remporté haut la main :D).

Après quelques clichés nous reprenons la route vers Québec.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA img_0912 img_0917

Notre arrivée à Québec se fait sous la pluie, et avec quelques heures d’avance sur notre programme étant donné le temps qui n’invite pas à la promenade. Nous cherchons pendant 5 minutes une place où garer notre char avant de trouver un coin pas mal placé, au bout de la rue St Jean (la “grosse” rue commerçante de Québec).

Nous marchons le long de cette rue, et tout de suite, la différence avec Montréal nous frappe. La rue est beaucoup plus petite, les bâtiments beaucoup plus petits, pas de gros centre commerciale, rien à voir avec Ste Catherine. Nous retrouvons un environnement qui se rapproche de Namur, avec des petits magasins plus chaleureux, plus typiques. Les devantures sont moins “modernes”, ce qui donne un charme certain. Nous ne savons pas si c’est une obligation de la ville, ou une envie de la part des magasins de faire coller leur image avec celle de la ville, mais même les chaînes célèbres dont nous connaissons le côté “plastique/nouvelle génération/blablabla” se plient à la règle. C’est ainsi que nous découvrons (par exemple), un McDonald beaucoup moins clinquant qu’à l’habitude.

La ruelle est mignonne, mais le plaisir des yeux ne nous réchauffe pas, et nous nous dépêchons de rentrer dans un Second Cup pour nous offrir une boisson chaude. Ben était sur le point de mourir avec sa “veste frigo”, il est donc très content de ce petit interlude.

L’appel du parcmètre nous fait bientôt revenir vers la Yaris. Nous rentrons l’adresse de l’auberge de Jeunesse dans le GPS et nous voilà partis. Nous avons l’agréable surprise de constater que l’auberge est super bien située (dans une petite rue perpendiculaire à la rue St Jean). Nous sortons les affaires et entrons. Une personne nous accueille, nous réglons (68 $ par personne pour 2 nuits en chambre “privée” (avec salle de bain) et 2 petits déjeuner), et nous montons les valises pendant que Ben et Lorent s’en vont garer la voiture dans un parking privé (dont les tickets sont disponibles à l’accueil de l’auberge).

Le bâtiment est super grand, il y a apparemment plein de chambres. Nous sommes installés au deuxième étage et trouvons notre chambre après un petit tour dans le labyrinthe des couloirs. La chambre est très sympa : grande, fermée par une clé, avec deux lits superposés dont un lit double, de grandes armoires, de grandes vitres, elle possède une salle de bain avec une grande douche. Bref, rien à redire là-dessus, à part que les couvertures étaient un petit peu légères.

img_0937 SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Bien installés, nous sortons alors en ville dans le but de nous sustenter. La pluie a cessé et ce n’est pas pour nous déplaire. Nous optons pour un restaurant irlandais plutôt sympa où nous dévorons un bon steak devant un énième match de hockey des Canadiens! Le choix du (premier) bar est assez évident puisque notre resto est en fait situé juste au-dessus d’un pub vénérant lui-aussi la célèbre Molly Malone.

Les Canadiens sont menés 3-0 par New Jersey quand nous quittons le bar… Petite balade nocturne à la découverte de Québec. Les quelques rues que nous empruntons présagent déjà une belle visite pour le lendemain!

Retour à l’auberge pour continuer la soirée. Un groupe de musicos termine un petit concert dans la salle commune des Poufsouffle. Nous buvons de la bière au pois, sapristi. Passant la commande, une affichette distinctement placée derrière le bar attire soudainement mon regard. A moins que ça ne soit la jeune taulière qu’on vous présentera demain ? Balivernes. L’affiche indique qu’il est possible d’emprunter une guitare à l’auberge! Quitte à passer pour un vrai naze après le concert du groupe de barbus, je demande donc la gratte disponible à Malu… Ça fait plaisir de pouvoir rejouer un peu même si le manque de pratique se fait sentir !

Le bar de l’auberge fermant à 23h, machine propose de trouver un dernier bar afin de bien terminer notre soir. Nous nous retrouvons à côté d’une boîte gay, à la terrasse d’un bistrot bondé où quelques énergumènes célèbrent déjà Halloween.

Il est temps de rejoindre K restée à l’auberge, fatiguée d’avoir conduit plus que nous. On me demande de mentionner que la nuit fut froide. Je le mentionne donc pour les frileux(-se) d’entre nous car je n’en ai point souvenir. Mais peut-être étais-je un peu pion pour ne pas m’en apercevoir?

[nggallery id=32]

[Off Topic] Flash spécial

20 octobre 2010

Après avoir remporté:

  • L’award du meilleur promoteur
  • L’award des premiers résultats de recherche
  • L’award des meilleurs joueurs de poker
  • L’award du premier drapeau Belge planté en terre Canadienne

Nous avons le plaisir de vous annoncer que nous venons de remporter l’award du meilleur blog!

Et oui.. fallait pas nous chercher.. 😀

Encore une fois, la team Ukrainienne domine le caribou fanfaron

Day 42

15 octobre 2010

Grosse journée touristique pour ce 42e jour au Canada!

Nous (Lorent, Fred, ma tante et moi) sommes donc partis en voiture (louée) dans le nord du Québec.. Après un petit temps (15sec) d’adaptation à la boite de vitesse automatique (les manuelles coûtant plus cher..), nous voilà partis sur la 15 en direction des laurentides..

img_0683 img_0675

Globalement nous avons suivit l’intinéraire suivant (ce n’est que le début, mon gsm étant tombé à court de batterie en début d’après midi -_- ):

Afficher Canada Nord sur une carte plus grande

Nous nous sommes arrêtés plusieurs fois le long du St Laurent afin de profiter du joli paysage.. Les feuilles des arbres sont désormais presque toutes tombées.. La chute des feuilles a du durer 2 semaines maximum et c’est accélérée à cause du mauvais temps de ces derniers jours. Les 4 photos suivantes sont des panoramas et peuvent donc être relativement longues à charger..

untitled_panorama1 untitled_panorama2 untitled_panorama3 untitled_panorama3_0

Le coin regorgeait de petits coins sympas et de très nombreux lacs (pas toujours facilement accessibles), nous en avons d’ailleurs profité pour manger notre repas de midi au bord d’un de ceux-ci..

img_2251 img_0739 img_0740

Nous avons ensuite visité une cabane à sucre, endroit artisanal ou l’on produit le très connu sirop d’érable. Nous avons eu droit à une petite visite guidée des lieux. Le principe de la récolte de l’érable est relativement simple: après un hiver rude ou les érables ont accumulé énormément se sels minéraux et d’eau, le début du printemps et le début du dégel permet de commencer la récolte. Les différences de températures entre le jour (3 à 4°) et la nuit (-5 à-10°) permettent la montée de la sève (la nuit) et sa redescente (la journée). C’est à ce moment là qu’ils trouent l’érable afin de récolter la sève (2*6l de sève par jour). La sève est ensuite chauffée afin d’obtenir du sirop d’érable. Sa teneur en sucre dépend bien évidement du temps et de la température à laquelle le sirop a été chauffé. Le ratio sève/sirop est d’environ 40 pour 1. Le sirop le plus concentré se nome « la tire« . Ce sirop est traditionnellement servi chauffé et refroidit sur de la neige fraîche. Une fois refroidi il est enroulé autour d’une tige en bois et consommé comme une sucette. C’est très sucré mais excellent!

img_0783 img_0771 img_0772 img_0768

Nous nous sommes ensuite arrêtés près d’un pont ou le paysage était vraiment superbe afin de faire quelques clichés très recherchés..

img_0804 img_0806 img_0807 img_0808 img_0810

Nous avons terminé notre petit trip par le mont tremblant. La station de ski est assez particulière et est en fait une sorte de remake américain d’un village typique des montagnes françaises, version DisneyWorld avec des bouts de poutine dedans..

img_0849 img_0850 img_0844

Une très belle journée donc! 🙂

B3nZ3n.

[nggallery id=31].

Day 41

14 octobre 2010

Rien de bien spécial à raconter pour cette journée mis à part le fait que nous avons assisté au concert de creepshow aux foufs. Une très chouette soirée 🙂


YouTube Lien direct